Les châteaux cathares

Nous devions cette année partir à trois mais comme l'an passé Lucky a fait des siennes. Etant en pension dans un autre centre équestre que Paloma et Hayda ( qui cette fois-ci part avec Cécile), il a fallut le monter en van. Le stress et l'altitude ont déclenché chez lui des saignements de nez. Le jour de son arrivée nous avons décidé de le surveiller car le flux de sang était faible. Le lendemain nous sommes parties en balades voir ce que ça donnait et rebelote. Inquiètes nous avons fait appel à la vétérinaire qui a confirmé que c'était certainement dû au stress, à la fatigue et à l'altitude. Bilan: repos complet une semaine et reprise du travail progressive. Ce fut encore raté pour la randonnée cette année. Son état étant à surveiller Noémie a du camper aux écuries et n'a donc pas pu venir avec nous. Depuis il a repris du poil de la bête et nous l'espérons il pourra faire la randonnée de l'an prochain.

Premier jour

// ' );popup.document.close();">Cliquez pour agrandir l'image
Rendez-vous est donné aux écuries à 08H00. La préparation se fait sans aucun soucis et nous partons à 09H00 en direction de Montségur , notre première étape et notre premier château. Après avoir traversé le haut-plateau jusqu'au village de Comus, nous attaquons la descente  par les Gorges de la Frau dont le nom signifie effroi en longeant le GR107. Nous nous retrouvons sur un chemin étroit et caillouteux cernés par des falaises pouvant aller jusqu'à 400 mètres de haut, un coupe gorge à une époque reculée. La descente se fait sur 5 KM durant lesquels nous croisons quelques randonneurs pédestres. Sur plusieurs dizaines de mètres nous a suivi un cri perçant probablement dû à un aigle niché dans les sommets et à l'abri des regards. Après les gorges nous avons suivi une petite route peu usitée où on a pu voir la fontaine de l'Esqueille que l'on croit surgit de nulle part. A Pélail nous avons remonté presque tout le dénivelé que nous avions descendu par les gorges. Ce fut ardu car très pentu et les juments ont donné du coeur pour arriver au sommet. Le temps était au soleil depuis quelques jours déjà fort heureusement car le terrain était glissant. Nous sommes ensuite redescendues tranquillement et en soufflant un peu sur Montségur. Le village est entretenu et le temps ne semble pas avoir de prise sur lui. Nous nous sommes arrêtées au gîte "Al Pitchou Parfait" qui nous a accueilli très chaleureusement. Nous avons eu droit à un beau pacage en contre-bas avec eau foin et arbres pour abriter du soleil. Petit plus, les transats qui dominent la vallée et le pré des chevaux, un régal pour les yeux et les corps fourbus.

Deuxième jour

Cliquez pour agrandir l'image
Le départ de Montségur devait se faire vers 09H00 pour ce qui devait être le jour le plus long. Hayda une fois sellée s'est mise à tricoter des antérieurs sans que l'on sache trop pourquoi. Après maintes tergiversations et la mort dans l'âme, nous avons appelé sa propriétaire pour éventuellement venir nous récupérer en van. Celle-ci nous a alors expliqué qu'elle avait eu le cas à plusieurs reprises et que passés quelques centaines de mètres la jument marchait normalement. Ce qui se confirma mais reporta notre départ à 10H45. Nous avons empruntés le GR7B puis un sentier rejoignant Fougax et plus particulièrement le GR du Pays d'Olmes. Nous sommes passées devant la source intermittente de Fontestorbes. Les documents historiques attestent l'existence de cette fontaine depuis les époques les plus anciennes. Les légendes liées à son caractère mystérieux ont suscité de tout temps la curiosité des hommes: à l'époque on racontait que cette caverne abritait des fées bienfaisantes. La nuit elles lavaient leur linge à l'aide de battoirs en or, ce qui expliquait le bruit assourdissant qui sortait des entrailles de la terre. Nous avons ensuite continué notre route jusqu'à Bélesta puis Vilhac par le GR. De là nous avons emprunté des sentiers menant à Rivel puis à Puivert. De Rivel à Puivert le sentier est très dégagé mais l'exploitation forestière fait qu'il y a une multitude chemins. Coralie qui avait la carte s'est trompée à une intersection et nous avons fait un détour de 4 bons kilomètres. Cela et le départ retardé du matin ne nous ont pas aidé à arriver de bonne heure au Gîte les "Marionnettes" de Puivert. Le temps d'installer les juments dans leur pré, de se laver et de manger il était assez tard pour se coucher.

Troisième jour

Cliquez pour agrandir l'image
Le réveil fut aussi difficile que la journée précédente fut longue. Heureusement la journée prévue était courte. Ce qui ne fut pas un luxe à la vue de la canicule qui s'est abattue sur nous. Nous avons emprunté le sentier cathare qui est très bien balisé et entretenu.
Nous avons longé tout d'abord le Blau, une rivière qui se jette ensuite dans l'Hers. Le problème avec les points d'eau, c'est que tant qu'il y en a il y a des taons. Nous nous sommes faites dévorées certes mais nous avons défendu chèrement notre sang à coup de claques . La montée sous les arbres était agréable puisque un peu de fraîcheur ne se refuse pas et que l'environnement était plus sec. Nous avons traversé le maquis de Picaussel , haut lieu de la résistance pendant la seconde guerre mondiale pour rejoindre la maison des ombres qui n'est plus qu'une ruine aujourd'hui. Nous voici donc de retour sur le plateau de Sault. Nous avons rejoints Roquefeuil par les chemins plats et dégagés typique du plateau et nous sommes arrivées chez un cousin éloigné de Coralie qui est agriculteur et qui nous a généreusement accueillies. Pour ne pas le déranger, Noémie nous a amené la tente que nous avons planté dans le jardin. La nuit fut tellement chaude que nous avons dormi porte et moustiquaire ouvertes.

Quatrième jour

Cliquez pour agrandir l'image
Ce jour fut bref car en fait il ne s'agit que d'une demi-journée. Au début un parcours par Niort-de-Sault était prévu avec un retour par le bac d'Embournac et le château de Montaillou mais nous avons changé nos plans en raison de l'alerte météo orageuse. La remontée s'est donc faite par les chemins le plus directs remontant sur le haut plateau. On en a donc profité pour partir à vide en laissant toutes nos affaires dans la tente ce qui nous a permis de  faire quelques petits galops sympas.
L'arrivée s'est tout de même faite avec le soleil et nous avons pu constater qu'aucun orage n'est tombé de la journée mais bon, prudence est mère de sûreté. Les juments ont été remerciées pour leur courage et leur volonté par un quignon de pain dur puis remises au pré (chaque jour elles ont eu droit a un petit quelque chose au gré des épiceries, pommes, carottes).

Sentier cathare

Cliquez pour agrandir l'image
Voici le type de balisage que l'on rencontre sur tout le sentier cathare. C'est presque trop facile à suivre tellement c'est bien fait...

Hayda tricote

Si vous avez des idées ou des suggestions pour trouver l'origine du problème n'hésitez pas à nous en faire part.
Merci d'avance.

Les cathares

Pour plus d'information sur les cathares et le catharisme, vous pouvez vous documentez ici.
Les cathares